amazon pixar

 

Nick Pitera est un artiste de chez Pixar né en 1986. Au sein des studios il est “Sets Modeling Artist”. Il est cependant connu sur le web grâce à son talent vocal. Cet interview a été réalisé en mai 2012.

SON PARCOURS

Pixar Planet Disney nick pitera

Comment est née votre passion pour l’animation ?

L’animation m’intéresse depuis tout petit. Enfant, je me suis entiché de films Disney tels que La Petite Sirène, Aladdin et La Belle et la Bête. Je savais très tôt que je voulais faire partie du monde de l’animation.

Quelles études avez-vous faites ?

J’ai obtenu une Licence d’arts plastiques en animation par ordinateur à l’Ecole Ringling d’Art et de Design (“Ringling College of Art and Design”) à Sarasota, en Floride.

Comment avez-vous été embauché par Pixar ? Comment se déroule leur entretien d’embauche ?

Après avoir terminé mes études, j’ai passé un entretien pour un poste en tant que “résident” chez Pixar. C’est à mi-chemin entre un stage et un emploi. Dans ce poste, on passe un an à travailler sur une production sous l’aile d’un mentor. Le processus de l’entretien comprenait un entretien/une évaluation sur place, et de nombreux entretiens téléphoniques complémentaires. Après avoir terminé la résidence, j’ai été soumis à un autre processus d’évaluation, et ai eu la chance de pouvoir rester.

SON TRAVAIL

Vous avez été à de nombreuses reprises “Sets Modeling Artist”, sur des Cars Toons ou plus récemment sur La Luna. Comment définiriez-vous votre métier ?

J’ai eu deux ou trois casquettes différentes en travaillant ici chez Pixar. Pour Là-haut, Cars Toons, Cars 2 et La Luna, j’étais avant tout modéliste/maquettiste. Cela signifiait qu’on me donnait des artworks, et des “model packets” (ndlr : Littéralement, des “paquets de maquettes”. Ce terme désigne l’ensemble des références techniques et visuelles qui vont servir à mettre en volume un personnage, un décor ou un objet), issus du département artistique, et je réalisais les maquettes 3D à partir de ce matériel artistique. Le département décors s’occupe de tout ce qui ne relève pas d’un personnage où d’un accessoire très utilisé par un personnage. Actuellement, je travaille avec l’équipe Internationale sur Rebelle. Dans le département International, on prend tout artwork comprenant des graphismes ou du texte, on le traduit, et on le reproduit pour les marchés étrangers. Une des tâches que j’avais, par exemple, c’était de réaliser la maquette 3D pour le logo Rebelle dans une multitude de langues. Ainsi, lorsque l’on voit le film dans des pays en dehors des Etats-Unis (à savoir en France), vous aurez l’impression que cela a été conçu spécialement pour ce pays.

Pixar Planet disney logo rebelle brave
Pixar Planet disney logo rebelle brave
Pixar Planet disney logo rebelle brave

La conception des décors est un travail conséquent car chaque détail compte pour créer un univers. Travaillez-vous uniquement sur la modélisation par ordinateur ou bien concevez-vous aussi des décors à travers des artworks ?

En tant que modeleur, il arrive de temps à autre que l’on dispose d’une certaine latitude pour donner du volume à un accessoire où à un élément du décor, mais dans l’ensemble on nous donne des artworks à utiliser comme ligne directrice.

Pixar planet disney cars 2 affiche

Vous avez été “Sets Modeling Artist” sur Là-haut puis sur Cars 2. Celui-ci bénéficie de décors impressionnants et très riches en détail. Est-ce qu’entre ces deux films l’évolution technique vous a permis de repousser encore plus loin les limites du photoréalisme ?

Je crois qu’avec chaque film on a l’espoir de repousser les limites, et faire quelque chose de nouveau. Cars 2 ne faisait pas exception. C’était un film avec de très nombreux décors, et toute l’équipe a fait un travail tellement époustouflant, recréant des paysages riches et détaillés. Du point de vue des décors, c’était un projet vraiment sympa à travailler. L’histoire nous a emmené aux quatre coins du monde, et a permis une grande variété en matière de projets de modélisation.

En plus des décors vous vous occupez aussi de la modélisation des accessoires qui participent au réalisme des scènes. Quel accessoire vous aura posé le plus de difficultés à faire et pourquoi ?

De tête, j’ai du mal à me rappeler le plus difficile. Un sur lequel j’ai vraiment aimer travailler par contre, c’est le chariot à outils utilisé dans La Luna. Puisqu’il lui fallait interagir avec les personnages, il y a eu beaucoup d’allers-retours au cours de sa conception.

Quelles compétences sont nécessaires pour votre travail ?

Je me retrouve à me servir de beaucoup des compétences apprises lors de mes années d’études supérieures. Ce travail est un mélange d’art et de compétences techniques, il nécessite donc d’aller puiser dans les deux modes de réflexion.

Vous avez été “Creative Film Services Technical Director” sur Cars 2 et Toy Story 3. En quoi consiste ce travail ?

Les Services Créations font référence à mon travail avec le département International. Pour chacun de ces films, j’ai collaboré avec l’équipe qui localisait le film pour sa sortie internationale. Là, je collabore de nouveau avec cette équipe sur Rebelle.

Chez Pixar, certains artistes ont des bureaux très personnalisés, comment est le votre ?

C’est bien vrai ! Il y a de nombreux bureaux et espaces de travail vraiment incroyables chez Pixar. Bon nombre d’entre eux ont une thématique et sont densément décorés. Je n’ai pas modifié la structure de mon bureau comme certains, mais je n’ai pas manqué de le remplir d’objets sympas. Le mien ressemble un peu à un magasin de jouets. J’ai bien trop d’affiches Disney, et des étagères pleines d’objets qui rendraient le moi de 5 ans jaloux. Je viens tout récemment d’ajouter des articles Rebelle à ma collection, en vue de sa sortie.

Avez-vous une ou plusieurs anecdotes à nous raconter par rapport à votre travail ?

Pour moi, un des moments les plus mémorables passés chez Pixar fut mon premier jour. J’avais emménagé dans le secteur environ une semaine avant la date où je devais commencer. Deux de mes amis avaient commencé environ un mois plus tôt et travaillaient déjà. Je les rendais fou, parce que j’étais inflexible sur le fait de ne pas les laisser me raconter quoi que ce soit sur le studio. Je ne voulais ni voir d’images, ni entendre d’anecdotes, ni m’approcher du campus. J’ai même fait un effort délibéré pour éviter de passer devant les portails d’entrée. Je voulais tout garder pour mon premier jour. Je suis tellement heureux de l’avoir fait. C’était un rêve d’enfant de travailler pour Pixar, et voir et franchir les portails d’entrée pour la première fois en tant qu’employé fut une expérience très émouvante et surréaliste. Une que je n’oublierai jamais.

Travaillez-vous sur un nouveau projet pour Pixar ?

Comme je l’ai évoqué plus haut, je finis actuellement de travailler sur Rebelle.

SON TALENT

Vous êtes connus sur Internet grâce à votre voix si particulière permettant aussi bien les voix masculines que féminines. D’où vous vient cette passion pour le chant et quand avez-vous pris conscience de ce “don” ?

Curieusement, ma passion pour le chant a la même origine que ma passion pour l’art et l’animation. J’ai appris à dessiner, et j’ai appris à chanter à partir de films Disney. J’ai toujours été capable de chanter dans un registre plus élevé, donc il ne m’est jamais venu à l’esprit que c’était quelque chose d’étrange. Avec l’âge, j’ai remarqué que je pouvais encore atteindre les notes aigues. Je me suis dit que j’allais simplement continuer à les utiliser et à m’amuser avec.

Votre vidéo la plus vue est Me Singing a Whole New World Disney’s Aladdin (28 millions de vues à ce jour depuis fin 2007). Vous attendiez-vous à un tel succès ?

J’ignorais que quiconque allait voir cette vidéo. Mes amis m’ont dit de la mettre, donc je l’ai fait sans en attendre quoi que ce soit. J’étais, et je continue d’être étonné de la visibilité que la vidéo reçoit.

Comment vivez-vous cet engouement que vous suscitez à chacune de vos nouvelles vidéos ?

Je me sens toujours tellement reconnaissant et plein de gratitude quand, ou si, les gens prennent le temps de regarder mes nouvelles vidéos. YouTube m’a offert une grande plate-forme musicalement, et je suis tellement heureux de cette chance. Grâce à ça, j’ai pu voyager à travers le pays et faire des concerts, sortir une série d’EP de reprises sur iTunes, et je travaille maintenant sur mon premier EP de chansons originales. Je me sens très chanceux.

Aimeriez-vous un jour composée et interprétée une chanson pour une production Pixar ?

J’adorerais ça !

Pixar Planet Disney nick pitera

Découvrez d’autres vidéos de Nick Pitera sur sa chaîne Youtube.

Merci à Nick Pitera, Chris Wiggum et Pixar Animation Studios pour cette interview.