amazon pixar
Pixar Planet Disney carsFlash McQueen [voix off] : Bon, allons-y. Concentration. Rapide, je suis rapide. Un vainqueur, quarante-deux perdants. J’en fait qu’une bouchée à mon petit déjeuner des perdants. Oh, en parlant de petit-déjeuner, un bon p’tit dej’ ça me ferais p’tet’ du bien. Nan nan nan concentration. Vitesse. Plus rapide que la lumière, je suis Flash McQueen !

Mack : Oh Flash, t’es prêt ?

Flash McQueen [voix off] : Oh oui, Flash est prêt !

Pixar Planet Disney carsBob Culasse : Ici Bob Culasse qui vous parle en direct des quatre-cents tours de Dinoco, en compagnie de mon vieux complice Darrell Cartrip. Nous somme à la moitié de ce qui pourrait bien devenir une journée historique pour la course.

Darrell Cartrip : Ma pression d’huile augmente dangereusement. Si le suspense se prolonge, il faudra me remorquer pour sortir d’ici !

Bob Culasse : Je vous comprends Darrell, trois coureurs sont à égalité de points, avant le départ de cette dernière course de la saison. Ce qui veut dire que le vainqueur d’aujourd’hui remportera le titre et la Piston Cup ! Est-ce que Strip Weathers dit “Le King” sera capable de remporter une dernière victoire avant de prendre sa retraite ?

Darrell Cartrip : Il est le coureur fétiche de Dinoco depuis des années, reste à savoir s’il peut ravir une dernière fois la Piston Cup à ses adversaires !

Bob Culasse : Et comme toujours en deuxième position nous retrouvons Chick Hicks. On peut dire Darrell qu’il a fait toute sa carrière dans le sillage du King.

Darrell Cartrip : Et oui, Chick croyais que cette année il allait enfin sortir de son rôle d’éternel second, mais malheureusement pour lui c’était sans compter sur Flash McQueen !

Bob Culasse : Oui et je dois dire que personne ne s’y attendait. Ce rookie, ce nouveau venu si vous préférez, était totalement inconnu au début de saison. Aujourd’hui tout le monde le connait.

Darrell Cartrip : Va-t-il remporter la Piston Cup dès sa première tentative et bénéficier du même coup du sponsoring de Dinoco ?

Bob Culasse : La légende, l’éternel second et le rookie, trois bolides, un champion !

Pixar Planet Disney carsBob Culasse : Je crois qu’on peut dire que les jeux sont faits Darell. Dernier tour, Flash McQueen a une confortable avance.

Darrell Cartrip : C’est dans la poche, emballé c’est pesé Bob ! Nous allons assister au sacre du nouveau champion !

Flash McQueen : Préparez le drapeau à damier, j’arrive.

Bob Culasse : Oh non ! Il a éclaté un pneu !

Darrell Cartrip : Il ne lui reste plus qu’un tour à couvrir, va-t-il y arriver ? Il a éclaté un autre pneu ! Le King et Chick remontent très vite !

Bob Culasse : Ils abordent le troisième virage !

Darrell Cartrip : J’en crois pas mes phares Bob ! Flash McQueen n’est plus qu’à quelques dizaines de mètres de la victoire ! Ils sont dans la dernière ligne droite et c’est c’est …!

Bob Culasse : Photo, photo finish !

Darrell Cartrip : Incroyable !

Bob Culasse : Impossible de dire qui a gagné ! C’est l’arrivée la plus stupéfiante, la plus époustouflante, la plus ébouriffante de toute l’histoire de l’automobile. On ne sait même pas qui a gagné !

Pixar Planet Disney carsChick : Hey Flash ! Oh McQueen ! J’voulais te dire, super course vraiment magnifique, impressionnante, la mienne bien sûr ! Le règne du grand Chick a commencé ! La Piston Cup elle est à moi. Hein je ne serai pas le plus beau quand je serai tout en bleu ? Le bleu Dinoco !

Flash : Dans tes rêves, tonnerre…

Chick : Si je veux. Le tonnerre ? Pourquoi il m’appelle le tonnerre ?

Flash : Mais parce que le tonnerre arrive toujours après l’éclair !

Chick : Y’en a un qui la connaissait la vanne sur le tonnerre ?

Pixar Planet Disney cars[Voix dans les haut-parleurs] : Mesdames et messieurs, pour la première fois dans l’histoire de cette course.

Flash : C’est un rookie qui remporte la Piston Cup !

[Voix dans les haut parleurs] : Trois concurrents sont arrivés ex-æquo. Le jury a dons décidé d’organiser une course pour départager les trois coureurs, dans une semaine, en Californie.

Pixar Planet Disney carsKori Turbowitz : Nous sommes en direct de l’anneau de vitesse de Los Angeles, où le premier concurrent Flash McQueen vient juste d’arriver.

Mack : Bah quoi ? Qu’est-ce qu’il se passe ? J’ai d’la boue sur les bavettes ?

Journaliste 2 : Le semi-remorque qui le transportait est arrivé en Californie mais McQueen avait disparu.

Journaliste 3 : On est toujours sans nouvelles de Flash McQueen.

Journaliste 4 : Flash McQueen devait participer à une course très attendue. Dans une conférence de presse, son sponsor a déclaré qu’il ne savait pas ou il était passé.

Journaliste 2 : Tout le monde se pose la même question, “Où est Flash McQueen ?”

Pixar Planet Disney carsFlash : Un sabot ? Mais pourquoi on m’a mis un sabot ?

Martin : Haha t’es un marrant toi, je sens qu’on va s’entendre. J’m’appelle Martin.

Flash : Martin ?

Martin : Oui, comme Aston Martin, mais sans Aston. Et toi comment tu t’appelles ?

Flash : Vous connaissez pas mon nom ?

Martin : Non… Comment tu veux que je le connaisse ? Toi aussi tu t’appelles Martin ?

Pixar Planet Disney carsSally : Excusez-moi je suis en retard.

Flash : Nom d’une Porshe ! C’est sûrement mon avocat qui l’envoie. Merci c’est très gentil d’être venue mais tout est arrangé, il vient de me relâcher.

Sally : Il vient de vous relâcher ?

Flash : Oui, vous avez un boulot en or aujourd’hui. Tout ce que vous avez à faire c’est de rester là et de me laisser vous regarder. Ecoutez, je ne tournerais pas autour du pot : moi, vous, dîner, patshica !

Sally : Oh qu’est ce que !

Flash : Catcha ! Paaaa ! Oui je sais, je fais souvent cet effet là, je déclenche des réactions chez les autres qu’eux même ont du mal à contrôler. Oh, pardon, je vous ai fait peur ?

Martin : Un p’tit peu mais, j m’en remettrais.

Sally : Ouais d’accord…. Je vais parler au Juge Hudson.

Flash : Fait ce que tu as à faire poupée, mais je te préviens, fait attention à ce que tu dis, ici j’ai l’impression que les autochtones ont tendance à tourner sur trois pattes.

Sally : Merci, je m’en souviendrais. Salut Martin !

Martin : Salut Sally !

Sally : Bonjour tout le monde !

Flash : Tu la connais ?

Martin : Oui, c’est notre avocate, et c’est ma chérie.

Flash : Quoi ?

Martin : Non, j’rigole !! C’est que physique, elle est folle de mon corps !

Pixar Planet Disney carsFlash : Vous pouvez toujours courir pour que je vous invite à dîner !

Sally : C’est pas grave l’éclair, tu dîneras avec Bessie.

Martin : Oh veinard, tu vas bosser avec Bessie. Je donnerais mes rétros pour être à ta place.

Flash : Bessie ? Hein ? C’est qui Bessie ?

Doc Hudson : Je te présente la grande Bessie, la meilleure machine à goudronner qui ai jamais été construite. Le tribunal te condamne à une peine d’intérêt général. Tu vas réparer la route sous ma surveillance.

Pixar Planet Disney carsFlash : On a pas le droit de me traiter comme ça, je suis une machine de précision, un bolide aérodynamique !

Martin : Aréodyna quoi?

Flash : Je suis une voiture de course très connue !

Luigi : Une voiture de course très connue ? Une vraie voiture de course ?

Flash : Ouais évidement ! Qu’est-ce que vous croyez ? Ca se voit pas peut-être ? Regardez-moi.

Luigi : Je suis un passionné de course automobile depuis toujours, depuis mon enfance !

Flash : Alors vous me connaissez ? Je suis Flash McQueen !

Luigi : Vous êtes Flash McQueen ?

Flash : Oui !

Luigi : Il faut que j’écrive à la face du monde mon excitation ma joie, du sommet d’une montagne très très haute ! Est-ce que vous connaissez beaucoup de Ferrari ?

Flash : Nan nan nan, elles courent sur le circuit européen, moi je suis dans la Piston Cup. Quoi ?

Luigi : Luigi ne s’intéresse qu’aux Ferrari.

Pixar Planet Disney carsFlash : Ecoutez, Doc a dit que je pourrais m’en aller dès que la route serait réparée.

Doc Hudson : J’ai dit que tu devais remettre la route en état, pas la massacrer davantage ! Alors râcle-moi ce goudron et recommence.

Flash : Désolé grand-père, je suis pas un bulldozer , je suis une voiture de course !

Doc Hudson : Ooooh, voyez-vous ça. Et si on faisait une petite course tout les deux.

Sally : Mais…

Flash : Ohohoh tout les deux ? Oh il est drôle.

Doc Hudson : Si tu gagnes, tu t’en vas et je répare la route. Si c’est moi qui gagne, tu refais le travail à ma façon.

Shériff : Doc, vous êtes sûr ?

Flash : Ahah, je ne voudrais pas vous vexer Doc, mais combien vous mettez aux quatre-cents mètres départ-arrêté ? Trois ans et quelques ?

Doc Hudson : Si c’est le cas, tu ne devrais pas avoir trop de soucis à te faire gamin.

Flash : D’accord l’ancêtre, je vous prends au mot, c’est une excellente idée. Faisons la course !

Shériff : Messieurs, cette course se disputera sur un seul tour. Vous allez jusqu’à la bute à Willy, vous en faites le tour et vous revenez au point de départ. Interdiction absolue de se mordre, de se pousser, de s’accrocher, de se percuter, de s’insulter, de se jeter de l’huile, de changer de file, de se faire des queues de poissons et des bras d’honneurs, et surtout, interdiction de traîner.

Pixar Planet Disney carsMartin : J’en ai connu une elle s’appellait Dorine. Tres jolie carrosserie. On aurait dit une jaguar, mais utilitaire. J’ai fait exprès de lui rentrer dedans pour qu’on échange nos adresses.

Flash : Mais de quoi tu me parles Martin !?

Martin : Je sais pas. Hey je sais ce qu’on pourrait faire cette nuit tout les deux, attendu que c’est moi qui suis chargé de te garder !

Flash : Non Martin, je dois terminer cette route et il faut que je quitte cette ville !

Martin : Bon ben comme tu es monsieur je-suis pas-capable-de-prendre-un-virage-sur-de-la-terre, je crois pas que tu serais capable de me suivre cette nuit.

Flash : Oh arrête ! S’teuplait. J’te signale que tu t’adresses à un certain McQuenn, quelqu’un qui n’a peur de rien.

Pixar Planet Disney carsFlash : Nan mais je ne le sens pas je te dis.

Martin : Allez tu vas adorer ça j’suis sûr. C’est rigolo de culbuter les tracteurs !

Flash : C’est complètement idiot !

Martin : Bon alors, quand je dis “go”, on y va. Et fait gaffe à Franck hein. GO !

Flash : Attend, non, non, non, c’est qui Frank ? Martin, attend-moi !

Martin : C’est facile comme tout. Tu te glisses devant eux, et tu klaxonnes, et c’est eux qui font le reste. Regarde.

Pixar Planet Disney carsMartin : Pourquoi que c’est si important pour toi cette course en Californie ? Je comprends pas.

Flash : C’est pas n’importe quelle course. Le vainqueur remportera la Piston Cup. Depuis que je suis tout petit c’est mon rêve ! Je serais le premier rookie de toute l’histoire à gagner. Avec à la clé, un nouveau sponsor, avec de gros moyens, des jets privés, des hélicoptères. Fini les pommades à deux balles pour les pares-chocs, fini les vieux tacots tout rouillés !

Martin : Qu’est-ce que t’as contre les vieux tacots ?

Flash : Euh non je parlais pas de toi Martin. Je parlait des autres vieux tacots, les autres pas toi, toi je t’aime bien.

Martin : Ah bon d’accord. Et tu crois que moi aussi un de ces quatre matins j’pourrais monter dans un hélicoptère ? Nan parce que, ça c’est un truc que j’ai toujours eu envie d’aller me balader en hélicoptère.

Flash : Ouais ouais ouais d’accord.

Martin : Sérieux ?

Flash : Ouais, tout ce que tu voudras.

Martin : Je le savais. Ah j’etais sûr que j’avais bien choisi.

Flash : Choisi quoi ?

Martin : Bah, mon meilleur ami…

Pixar Planet Disney carsFlash : Quoi ? Il a gagné la Piston Cup ? Ca alors. Trois Piston Cup !

Doc Hudson : Y a marqué “Défense d’entrer” sur la porte.

Flash : Vous avez trois trophées de la Piston Cup…

Doc Hudson : J’ai constaté que tu ne savais pas conduire mais j’ignorais que tu ne savais pas lire.

Pixar Planet Disney carsFlash : Whaaaa !! Qu’est ce que c’est que ça ?

Sally : Un lieu historique. Cet ancien motel était l’étape la plus courue de toute la Route 66.

Flash : Cette ruine ?

Sally : Oui. Tu imagines ? Ca devait être extraordinaire d’arriver là.

Flash : Je peux te poser une question ? Comment est-ce qu’une Porshe a atterit dans ce coin paumé ?

Flash : C’est tout ce qu’il y a de plus simple. J’étais avocate à Los Angeles. Je vivais à cent à l’heure comme on dit.

Flash : Ah oui vraiment ? Voyez-vous ça. Tu étais riche ?

Sally : Pardon ?

Flash : Je… J’essaye de comprendre.

Sally : Oui d’accord. Enfin voila quoi, je menais cette vie, je n’etais pas…vraiment heureuse .

Flash : Ah… Je veux dire… Ah oui ?

Sally : Oui. Alors j’ai quitté la Californie, j’ai roulé, roulé jusqu’à ce que je tombe en panne, ici. Doc m’a réparé, Flo m’a accueilli, et puis les autres et… Je ne suis jamais repartie.

Flash : Ouais je comprends, on a tous besoin de faire un break de temps en temps histoire de recharger les batteries. Mais, t’as jamais été tentée ensuite de repartir ?

Sally : Je suis tombée amoureuse.

Flash : Ah….

Sally : Et oui.

Flash : Un 4×4 ?

Sally : Non. Je suis tombée amoureuse de ça.

Pixar Planet Disney carsFlash : Whaaa !! C’est génial ! Et ils passent à côté sur l’autoroute. Ils ne savent pas ce qu’ils ratent.

Sally : Ca n’a pas toujours été le cas.

Flash : Ah oui ?

Sally : Oui. Ca ne fait que quarante ans que cette autoroute existe tu sais.

Flash : Quarante ans ?

Sally : Oui. A l’époque, on n’avait pas la même façon de circuler.

Flash : Comment ça ?

Sally : L’ancienne route ne coupait pas à travers les terres. Elle épousait le paysage, elle montait, descendait, serpentait. A l’époque on ne cherchait pas à gagner du temps, on prenait le temps.

Flash : Et qu’est-ce qu’il s’est passé ?

Sally : Les gens ont arrêté de traverser Radiator Springs pour gagner dix minutes…

Pixar Planet Disney carsFlash : Pourquoi vous avez décidé de vous arrêter ? Alors que vous étiez au top ?

Doc Hudson : Tu crois que j’ai décidé d’arrêter ?

Flash : C’est vrai, j’oubliais ce grave accident que vous avez eu…

Doc Hudson : En 54 et tout le monde m’a lâché. Quand je me suis retapé j’ai espéré qu’on allait m’accueillir à bras ouverts et tu sais ce que j’ai entendu dire ? Tu es has-been. Place aux jeunes ce ne sont pas les rookies qui manquent. J’étais loin d’avoir tout donné, on ne m’a pas laissé une chance de le prouver. Je conserve tout ça, pour ne pas oublier que le passé c’est le passé et qu’on ne revient pas en arrière. Je m’attendais vraiment pas à ce que ça me rattrape ici.

Flash : Mais attendez Doc, moi je ne suis pas du tout comme eux.

Doc Hudson : Ah bon ?

Flash : Non pas du tout !

Doc Hudson : Ca remonte à quand dis-moi la dernière fois que tu t’es intéressé à autre chose qu’à ta petite personne ? Même si ça ne t’es arrivé qu’une fois dans ta vie. Vas-y dis-moi, et je retirerai tout ce que j’ai dit.

Flash :

Doc Hudson : C’est bien ce qu’il me semblait. Les gens d’ici sont tous de braves gens, ils sont toujours prêts à s’entraider, je laisserai personne abuser de leur confiance et de leur gentillesse.

Flash : Ah bon et vous ? Vous êtes ici depuis des années et vos amis ne savent pas qui vous êtes. Alors qui abuse de leur confiance ?

Doc Hudson : Termine cette maudite route et disparait !

Pixar Planet Disney carsFlash : Bah qu’est-ce qu’il a ?

Martin : Oh rien il a du chagrin parce que t’es parti pour participer à ta grande course, et remporter la Piston Cup, que ça fait longtemps que t’en rêvais, depuis que t’es tout petit, et aussi de ton gros sponsor avec ces fameux hélicoptères au sujet desquels tu m’a parlé… Oh !! Dites pas moi que c’est pas vrai !! J’étais sûr que tu serais pas parti sans dire au revoir !

Pixar Planet Disney carsKori Turbowitz : Excusez-moi, vous etes Doc Hudson ?

Doc Hudson : Oui.

Kori Turbowitz : Merci d’avoir appelé.

Sally : C’est vous Doc…

Doc Hudson : Je les ai appelé oui, ça valait mieux pour tout le monde.

Sally : Ca valait mieux pour tout le monde ? Ou ça valait mieux pour vous ?

Pixar Planet Disney carsFlash : Mack, merci d’avoir accepté de me ravitailler.

Mack : Oh y’a vraiment pas de quoi, c’est la moindre des choses. C’est pas pour rien qu’on m’a surnommé “Jerry Can”.

Flash : C’est vrai ?

Mack : Euh, pas vraiment…

Pixar Planet Disney carsMack : Hey Flash, ça va ?

Flash : Je sais pas Mack, je..je sais pas.

Doc Hudson : On n’a pas fait tout ce chemin pour te voir abandonner !

Flash : Doc ? Les amis, vous êtes là ? Je n’y crois pas ! Vous êtes venus !

Doc Hudson : Je savais qu’il te manquait un directeur technique mais j’me doutais pas que c’était à ce point là.

Flash : Je croyais que la course pour vous c’était du passé ?!

Doc Hudson : Oui mais, j’ai pas vraiment eu le choix, Martin tenait à te dire au revoir.

Martin : Au revoir ! Voilà, c’est bon.

Pixar Planet Disney carsLizzie : Hey Doc !! Regarde moi ce type qu’il font voir à la radio, il vous ressemble comme deux gouttes d’eau !
Pixar Planet Disney carsLe King : Bah qu’est-ce que tu fais là petit ?

Flash : J’estime que le King doit terminer sa dernière course.

Le King : Tu viens de perdre la Piston Cup, et tu le sais.

Flash : Bah, comme l’a dit un jour un ami coureur particulièrement grincheux, ce n’est qu’une coupe vide.

Pixar Planet Disney carsDoc Hudson : Tu es bourré de qualités petit.

Flash : Merci Doc.

Tex Dinoco : Flash, tu peux venir s’il te plaît, j’aimerais te parler. C’est une course magnifique que tu nous as offert aujourd’hui. Est-ce que tu veux devenir le nouveau visage de Dinoco ?

Flash : Mais j’ai pas gagné…

Tex Dinoco : : Flash, l’esprit de la course c’est bien autre chose que la seule victoire.

Flash : Merci beaucoup monsieur Tex mais…mais ce sont les gens de chez Rusteze qui m’ont mis le pied à l’étrier. Je vais rester avec eux.

Tex Dinoco : Bien, très bien. Je respecte ça. Cela dit, si je peux faire quelque chose pour toi, n’hésite pas.

Flash : D’accord, merci c’est très gentil à vous. Attendez, je crois qu’il me vient une idée…

Pixar Planet Disney carsMartin : Wouhou, je me régale comme une tornade dans un camping !