amazon pixar

 

Suite à des mails que nous avons reçu, il était nécessaire de s’exprimer plus lisiblement.
 

Depuis le début Pixar a pour habitude d’associer un court-métrage avec un long-métrage. Ce court permet à des artistes du studio de s’exercer à la réalisation, de proposer des idées, de faire travailler toute une équipe avec pour objectif d’être diffusé aux cinémas. De plus, cela permet à ce format de revenir sur grand écran.
 

Combien de fois lors de rencontres entre personne pour parler du film, quelqu’un dise “Tu l’as trouvé comment le court-métrage juste avant?” et que l’interlocuteur réponde “Le court-métrage ? Je n’en ai pas eu moi”.
 

Effectivement, certains cinémas ne se prennent pas aux jeux à l’instar de la chaîne UGC (ayant ce cinéma pas loin de chez moi). Etant donné que la promotion des films se fait habituellement avec l’annonce du court-métrage, et que le prix de la séance reste le même, le spectateur est en droit d’avoir la diffusion du court précédant le long-métrage. Par conséquent, les spectateurs doivent alors attendre la sortie du DVD/Blu-Ray pour en bénéficier et se retarder de quelques mois un plaisir cinématographique.
 

pixar planet disney ugc logo

 

UGC se défend en expliquant que chaque directeur de cinéma est libre de faire ce qu’il souhaite concernant la diffusion des courts-métrages. La justification étant que ça permet de faire gagner quelques minutes et de pouvoir proposer une séance supplémentaire (sous-entendu un bénéfice de plus). Qu’en est-il alors du respect envers une équipe d’artistes qui a travaillé plusieurs années sur son oeuvre ? Qu’en est-il du respect envers le spectateur qui attend ce court-métrage ? UGC devrait imposer à ses directeurs de cinéma la diffusion de ces courts. Surtout que ces productions sont parfois de petites merveilles qui méritent d’être montrer au plus grand nombre.
 

En espérant qu’UGC prenne conscience de ce mécontentement parmi ses clients (dont je fais partie) qui les poussera à aller dans une autre chaîne de cinéma pour en profiter (ce que je fais également).
 

Ravnek.